La photographie …. un métier qui meurt !

ReflexNumerick, LE BLOG déménage…          

http://www.reflexnumerick.com/2010/07/la-photographie-%e2%80%a6-un-metier-qui-meurt/

A propos reflexnumerick

Photographe
Cet article, publié dans Billets d'humeur, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour La photographie …. un métier qui meurt !

  1. Damentko dit :

    >Tellement vrai,mais cette société est ainsi faite que nous ne pouvons que la subir, sinon c'est la vie d'hermitte enfoncé dans les entrailles d'une grotte…fataliste moi,….non réaliste.( ascendant utopiste 1° décan)

  2. >Tu as bien raison : surtout ne pas fuir … Cela n'empêche pas de dire ou d'écrire ce qui parait aberrant sans participer à cette dilution.@+ l'ami Yves et régale nous encore de tes NB !

  3. >Je suis tout à fait d'accord avec toi Patrick. Mais la "révolution" du numérique à complétement changé la donne, et les constructeurs s'en frottent les mains, c'est le jackpot !Quand on voit qu'il y a une fonction "vidéo" sur des boitiers "experts"… ça donne envie de s'arracher les yeux ! C'est vrai que bon nombre d'amateurs tentent leur chance dans la photo, mais…. dieu merci, ceux là font un coup de temps en temps, mais les clients ne sont pas si bête (enfin j'espère ?) et quand tu te fais avoir une fois, tu ne récidives pas en général.Ce qui est certain c'est que de vivre entièrement de la photographie de nos jours demande beaucoup d'énergie, de talent et de constance. Et qu'il faut à un moment donné "oser" et ne pas se poser trop de questions. Tant qu'on ne tente pas on ne peut pas savoir. C'est ce que tu as fait je pense, et tu as bien fait. Tu as un vrai talent pour la photo de "vie", dans la lignée des grands photographes à l'ancienne, des vrais photographes. Et ça fait toute la différence.De mon côté j'ai préféré la prudence, et ne pas me lâcher des deux mains… un boulot alimentaire pour survivre, et des commandes photographiques pour financer du matériel, et arrondir les fins de mois. Mais une chose est certaine, les amateurs qui se bradent et pense pouvoir tout faire mettent en péril la photographie !L'avantage que j'ai c'est que je peux me permettre de dire "NON" et de refuser ce que je ne sens pas, ou tout simplement ce que je n'ai pas envie de faire. Or en étant professionnels, beaucoup ne peuvent pas se permettre ce luxe et doivent accepter des commandes "alimentaires".Quand on voit ce que sont obligés de faire les photographes de village pour survivre… et ce qu'ils vendent….. arhhhhhhhhhhhh ça fait peur aussi !Au plaisir de reprendre cette conversation en Live !Gros bisousNathalie

  4. >Hello Nathalie !Ben oui, on en est là … Peut être qu'avec la patience ?Bises …

  5. Anonymous dit :

    >J'aime Bien ton (tes) point de vue en général, mais cette fois je vais un peu me faire l'avocat du diable.Ces amateurs que tu stigmatises ne sont pas tous des piques assiette. Les amateurs qui Aiment sont encore nombreux.En outre que sais tu des conditions de vie (et des sources de revenus) des Grands que tu vénère à juste titre ? Crois tu qu'ils vivaient mieux de la photo qu'aujourd'hui ?Rien n'est moins sur. Tu ne cites et on ne se souvient que des plus grands, mais combien galéraient ?Par ailleurs je crois que tu te trompes de combat. Tu sembles regretter un âge d'or où les rôles étaient mieux définis entre les pros et les amateurs. C'est une époque -nous l'avons connu toi et moi- qui a vu beaucoup d'excès et tu le sais. L'artisan photographe d'antan et ses prix au mieux "à la louche" et au pire "à la tête du client" j'en ai été la victime, comme presque tous les amateurs. Aujourd'hui c'est un retour des choses pas forcément plus juste dans ce sens que ça ne le fut dans l'autre…Alors Pro qui n'arrive pas à vivre de ses photos ou Amateur qui pointe son nez dans le monde professionnel je ne vois aucune différence. Pour moi c'est blanc bonnet…Le seul critère à prendre en compte est la qualité de la prestation et l'adéquation avec le marché (hé oui).Et c'est la que le VRAI combat se situe : conserver la qualité.La prolifération des images nuit à cette qualité générale, et à l'exigence de qualité.Les constructeurs de matériel ont confisqué les le monde de la photo à leur seul profit.Vendre, vendre toujours plus et abaisser les critères de qualité afin que tout le monde gobe cette merde et en produire à son tour pour alimenter cette hyper profusion d'images de m…Jusqu'à écœurement.Il ne sert à rien de ne pas vouloir travailler au rabais. Sauf à vouloir crever plus rapidement.Il ne sert à rien de dire que d'un côté il y a les piques assiette et de l'autre les gentils pros qui n'ont plus de commande. Sauf à chercher la bagarre.Il VOUS faut définir une éthique de qualité photographique. Il VOUS faut exclure les pratiques informatiques douteuses.Il VOUS faut vous prendre par la main si vous voulez manger demain et au lieu de taper sur les méchants Amateurs faire front sur le terrain de la qualité et de l'émotion, différence essentielle entre une Photo et une image…Cordialement,Jc.

  6. >Hello ! Je suis d'accord avec toi … ce qui se passe aujourd'hui est , tu l'as compris, la condamnation à mort de la photographie, ça passe par la mort du métier ! je ne suis pas passéiste, loin de là et fustige essentiellement ces faux amateurs qui ne le sont QUE de matériel photographique et de logiciels de traitement, des "geeks". J'aime la photo et je suis un amateur qui essaie de vivre de sa passion maintenant. Le monde de l'image est né, je ne le refuse pas mais veut le respect de la photo seulement. Je me bat contre ce discours ambiant dans les forums et autres lieux comme FB, je ne suis pas seul, bien heureusement. Pour être clair les "pique-assiette" sont les faux culs forumiques qui sous couvert de la "passion de la photo" sont des relais des marchands de tous bords qui veulent des consommateurs pas des photographes ! Pour l'organisation et la reprise en main du métier de photographe (intimement lié au phénomène des vrais amateurs) la tache est difficile mais des voix commencent à se faire entendre …Merci pour ton commentaire, il n'y a que des quiproquos ou une forme d'expression qui nous séparent, je m'y retrouve complètement !ReflexNumerick

  7. Anonymous dit :

    >Merci. Je me retrouve également très souvent dans tes billets…Pour te répondre je dirais que nous avons été bercé par un certain âge d'or.Eclosion du format portable encouragé par une histoire riche en évènements, le 24×36 a promené ses boitiers sur tous les fronts du monde. Certains humanistes ont fait le contre poids à ces photos de violence et de découverte de l'ailleurs.Mais ceux qui ont écrit cette histoire au XXe siècle étaient soit des aventuriers, soit de riches amateurs.Aujourd'hui nous en sommes à discuter du poil de cul qui sépare un f/1,8 d'un f/2,8 :). Tu parles d'une aventure !L'avènement du numérique fait qu'il y a pourtant plus de Jack Kerouac que de routes à parcourir, d'épopées à magnifier. Mais écrivons nous bien ? Avons nous ce regard, nous les nombreux Hemingway en herbe ?Cette concurrence est mortelle pour l'éthique. Trop de monde "fait des photos" pour le fric sans y mettre une once de coeur, trop de personnes sont prêtes à tout photoshopiser pour émerger de cette multitude…Je pense que c'est ce combat que nous devrions mener : imposer ou poser des limites à la transformation. Avoir un parti pris avec du n&b, un angle, une netteté (ou l'inverse) soit. Mais transformer, amincir, faire sauter une bague ou rajouter des abdos, hum…Se démarquer avec une qualité et une éthique -une écriture- c'est ce qui sauvera la photo si elle ne se fait pas engloutir par l'infographie.;)Jc.

  8. chacha dit :

    la concurrence des amateurs est anecdotique.
    il me revient un souvenir d’il y a 40 ANS,nous voulions mon épouse et moi nous faire tirer un portrait par un pro dans la France profonde.et bien aucun n’a pu répondre à ce que nous demandions de très conventionnel.
    aucun amateur ne peut concurrencer les pros talentueux de ce forum

  9. reflexnumerick dit :

    Bonjour !

    A vrai dire, et je le souligne, il n’y a pas et n’a jamais eu de concurrence avec les amateurs. Nous avons une activité : la photographie, certains en vivent, d’autres en font leur loisir, d’autres en vivent partiellement ou occasionnellement. Le problème est ailleurs. L’activité photographique demande beaucoup de sacrifices, ne serait ce que pour son apprentissage. La communication marketing a fait croire que « aujourd’hui, tout le monde peut faire comme les pros » , de là est née une catégorie que je nomme « les consommatographes », ils ne sont pas des amateurs mais des consommateurs qui pensent être arrivés au sommet de leur talent alors qu’ils n’ont pas encore monté le trottoir, leur dernier achat « pour faire comme les pros » autour du cou !
    Mais, chacha, citer une anecdote, vrai ou pas je n’en saurais jamais rien, ne prouve rien, bien heureusement car ce serait trop facile d’argumenter avec des historiettes, par contre ce qui est vérifiable, c’est la quantité monstrueuse de mauvaises photos qu’on voit tous les jours sur le web, photo faites par ces « nouveaux » photographes.
    Le professionnel, s’il n’ est pas forcément un « artiste », est un artisan qui assure régulièrement un travail réussi, c’est ce qu’on lui demande. Pour les « artistes », les ventes de leurs tirages sanctionnent leur travail ….L’amateur, lui, s’amuse et a bien raison.

  10. Jc dit :

    Sinon pour relancer le truc : tu n’aurais pas un pote chef d’entreprise qui se marie à me présenter par hasard ? ^^

  11. reflexnumerick dit :

    Juste pour le fun, quoi ….?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s